Historique

1909-1929
Naissance et développement : l’esprit d’entreprendre
arrow_drop_down arrow_drop_up

C'est en 1909 que Jeanne Lobry convainc son mari Jules, sa sœur et son beau-frère de créer leur propre entreprise. Ils hypothèquent leurs maisons respectives pour réunir à quatre la somme de 6 000 F. La société en nom collectif “Maillard et Lobry” voit le jour à Douai. Elle exerce une activité de mécanique pour les entreprises des environs. L’activité cesse pendant la première guerre mondiale mais redémarre dès 1919 et l’entreprise effectue ses premières embauches. Un troisième associé, en la personne de Jean Mahieu, le gendre de Jeanne Lobry, rejoint l’affaire. Le capital passe à 100 000 F et la raison sociale devient “Maillard, Lobry et Cie”.

1929-1966
Vers un leadership national
arrow_drop_down arrow_drop_up

1929 marque la transformation de l’entreprise en SARL “Les Ateliers Mécaniques du Douaisis”. Les études de recherche et développement menées dès 1930 se concrétisent par le dépôt de plusieurs brevets en 1931. Jean Mahieu, ingénieur des Arts et Métiers, est nommé gérant en 1936. La société et l’activité, qui suivent l’essor des Houillères du Bassin du Nord et du Pas-de-Calais, sont en pleine croissance.

La deuxième guerre mondiale marque de nouveau un ralentissement, mais l’activité reprend dès 1945. Tous les jours, 150 chevalets sortent des ateliers et en 12 ans, ce sont 495 km de transporteurs qui sont réalisés, essentiellement pour les mines du Nord. La société devient leader sur le marché national de la manutention. La gamme de produits augmente et se diversifie.

1966-1973
À la conquête du marché international
arrow_drop_down arrow_drop_up

À partir de 1959, sous la direction d’Yves Mahieu, fils de Jean, ingénieur des Arts et Métiers également, l’entreprise poursuit son développement. En 1966, 4 000 m² de bâtiments industriels neufs sont inaugurés boulevard Vauban à Douai.

La société se lance dans la compétition européenne avec la réalisation d'installations complètes de manutention. L'activité se développe de façon régulière et importante jusqu'en 1973.

De nouveaux matériels sont conçus, brevetés et développés principalement dans le domaine aéroportuaire : véhicules de piste, barres de remorquage d'avions, élévateurs à bagages, etc. Les clients sont les compagnies aériennes et les aéroports les plus importants dans le Monde entier.

1974-1986
Les années de crises
arrow_drop_down arrow_drop_up

Le premier choc pétrolier annonce le début des difficultés avec la baisse drastique des investissements en matériel pour les aéroports et en installations complètes de manutention dans l’industrie. Ces difficultés vont croissantes d’année en année à partir de 1975, et aboutissent à la mise en redressement judiciaire en 1980. Le savoir-faire, les produits et la réputation technique attirent plusieurs repreneurs, et c'est la société parisienne SIETAM qui est choisie pour la reprise des AMD, fin 1981. Les 3 départements de l'entreprise connaissent un sort différent :

- Les installations complètes de manutention sont abandonnées et le bureau d'études fermé ;

- Le département aéroportuaire est repris par SIETAM ;

- Seule la fabrication des rouleaux de manutention reste à Douai dans le cadre de la société SDS. Les machines servant à la fabrication des tambours sont délocalisées dans une autre entreprise du Groupe.

Entre 1981 et 1986, des années difficiles se succèdent ou le maintien de l ‘activité devient l’unique priorité.

1987-1995
Les fondations du renouveau
arrow_drop_down arrow_drop_up

Jeannine Vaillant, fille d’Yves Mahieu, arrière-petite-fille de Jeanne Lobry, entrée aux AMD, en 1977, comme responsable des achats, puis nommée, en 1983, directeur du site de production de rouleaux à Douai, est plongée dans une entreprise en difficulté dès le début. Mais sa ténacité, son goût du challenge, son désir de préserver les emplois, les activités et le savoir-faire la poussent à relever le défi qui lui est proposé en reprenant l’établissement de Douai. DOUAISIS SA voit le jour en Janvier 1987.

Les nouveaux espoirs sont immédiatement confrontés à la réalité de la situation : dans le cadre de SDS, le marché s’est restreint au niveau national ; les mines du Nord et de Lorraine représentent 50% du CA, et leur fermeture est déjà programmée.

Il y a urgence à trouver de nouveaux marchés dans le coeur de métier de la société : La fabrication de rouleaux pour l'industrie lourde et contraignante. 1989 marque le début des exportations vers l’Afrique, choisie pour la richesse de ses mines dans de nombreux pays. Le CA à l’export passe petit à petit de 0 à 10%, puis 15%. Il faut aussi rattraper 15 années de retard dans les investissements puisque rien n’a été fait depuis 1975 : système informatique performant, machine automatisée pour la fabrication des axes, rachat d'une entreprise qui fabriquait des tambours pour offrir une offre globale aux clients… Malgré les résultats positifs durant 7 ans, l’insuffisance de fonds propres devient cruciale et la société est mise en redressement judiciaire en 1995.
L’entreprise est saine, elle possède un portefeuille de clients intéressant et exporte : l'intérêt des concurrents est immédiat.

Patrick David, PDG de la société DAVID, fabricant de rouleaux et leader sur le marché national, la reprend. DOUAISIS garde son autonomie et Jeannine Vaillant reste directeur de l’établissement.

1995-2017
Développement international
arrow_drop_down arrow_drop_up

Ensemble, DAVID et DOUAISIS sont le premier fabricant de rouleaux français et font partie des plus gros au niveau européen. DOUAISIS poursuit son développement à travers le Monde où plus de 50% du CA est réalisé.

Depuis plus d’un siècle, le savoir-faire a été non seulement préservé mais également développé. Malgré les difficultés et les crises traversées, les emplois ont été maintenus, et chaque année, des hommes partent en retraite avec 40 ou 42 ans d'ancienneté dans la même entreprise. Ils en éprouvent une légitime fierté. Des jeunes arrivent pour assurer la relève. L’histoire de DOUAISIS continue de s’écrire avec eux.